Sommaire

Créer des massifs ou une pelouse, préparer ou retourner la terre d'un potager, au jardin, les occasions d'avoir à retourner la terre sont fréquentes. Le frein à cet entretien pourtant indispensable est la pénibilité du bêchage et du binage.

Tâche ingrate pouvant être facilement mécanisée, retourner la terre est facile et rapide lorsqu'on dispose de la machine appropriée. Cultivateur, motobineuse, motoculteur, moto-bêche… Quelle machine choisir en fonction de son sol ? Réponse maintenant.

Retourner la terre : différents travaux au jardin

Avant d'envisager l'achat ou la location d'un matériel ou d'un engin de jardinage, il est indispensable de prévoir le type de tâches dans lesquelles il sera employé.

Si pour le novice, retourner de la terre c'est juste creuser et retourner le sol, les professionnels et les fabricants de machines utilisent des termes précis pour décrire les fonctionnalités des machines :

  • Bêchage : traditionnellement effectué à la bêche (outil manuel), le bêchage consiste à soulever et à retourner la terre sur 20 à 30 cm de profondeur. Le bêchage se pratique sur de petites surfaces (carré d'un potager, massif, plates-bandes) sans régularité requise de profondeur ni de dépose des mottes de la terre retournée.
  • Labour : identique en résultat au bêchage, le labour consiste à retourner la terre sur 30 à 45 cm de profondeur selon la culture. On pratique le labour pour des surfaces moyennes à étendues (potager, jardin à aménager ou à ré-aménager, champs…) grâce au(x) soc(s) d'une charrue ou d'un brabant qui crée des sillons entre les mottes compactes de la terre retournée mais déposées avec régularité le long des sillons.
  • Le fraisage : il retourne la terre sur une profondeur plus réduite 20 à 30 cm à l'aide de fraises (couteaux) multiples qui déposent la terre à l'endroit même où elle a été extraite. Le fraisage a pour avantage de ne pas créer de mottes de terre car celles-ci sont cassées au fur et à mesure de la rotation.
  • Le binage : il consiste en un fraisage peu profond (<20 cm) à l'aide de fraises peu écartées, ce qui permet un égrenage plus fin de la terre sans créer de mottes sur la surface binée. Le binage est particulièrement adapté à la préparation des potagers ou à la création de nouveaux massifs ou d'une pelouse. Le binage est particulièrement utile en entretien des potagers afin d'arracher les mauvaises herbes avec leurs racines. Il ne nécessite pas forcément d'un nivellement du sol requis après bêchage, labourage ou fraisage.

Motorisation des engins pour retourner la terre

Hormis les outils manuels, les différentes machines servant à retourner la terre sont motorisées soit par un moteur électrique soit par un moteur thermique et ont des capacités de travail en fonction de la puissance de la motorisation.

Machines à motorisation thermique

Équipées d'un moteur généralement monocylindre fonctionnant au carburant fossile. Elles ont pour avantages d'être autonomes (pouvant travailler loin de toute source d'énergie) et puissantes (selon la cylindrée du moteur) mais pour inconvénients d'être bruyantes (utilisation réglementée) et de réclamer l'entretien de leur moteur thermique :

  • Motorisation à essence : moteur 4 temps à essence avec graissage séparé par huile en carter. Assez légères mais également gourmandes en carburant, elles réclament un entretien suivi (bougies, filtres, vidanges, conservation du carburant…).
  • Motorisation diesel : moteur 4 temps au gazole avec graissage séparé par carter d'huile. Plus lourdes, plus puissantes et plus économes en carburant, leur entretien est réduit (filtres, vidanges) mais elles sont plus onéreuses à l'achat.

Machines à motorisation électrique

C'est un moteur électrique donc peu bruyant et léger qui actionne le système pour retourner la terre. Son type d'alimentation électrique peut être :

  • Électrique sur secteur : ce sont les plus puissantes des machines électriques qui peuvent rivaliser avec des motorisations thermiques à essence. Quasiment sans entretien, ces machines doivent être alimentées en permanence par une rallonge électrique qui limite son rayon d'action mais permet une utilisation continue.
  • Électrique sur batterie : de plus en plus puissantes en fonction des progrès faits dans la capacité des batteries, ces machines conjuguent la légèreté et le silence de fonctionnement de l'électrique à l'autonomie du thermique. En contrepartie, elles nécessitent la recharge périodique de la batterie en cours de travail ou le recours à une ou deux batteries de rechange.

Engins pour retourner la terre : puissance en fonction du terrain

En fonction de la superficie de votre terrain et de la motorisation choisie, optez pour une machine plus ou moins puissante :

  • Pour une superficie < 100 m² : une motorisation électrique sur batterie ainsi que sur secteur est très bonne et requiert une puissance thermique < 3 CV (essence).
  • Pour une superficie de 100 à 300 m² : une motorisation électrique sur batterie est très bonne et elle est bonne sur secteur. La machine requiert une puissance thermique de 3 à 5 CV (essence).
  • Pour une superficie de 300 à 1 000 m² : une motorisation électrique sur batterie est mauvaise et moyenne sur secteur. La machine requiert une puissance thermique de 5 à 7 CV (essence ou diesel).
  • Pour une superficie > 1 000 m² : une motorisation électrique sur batterie ainsi que sur secteur est mauvaise et requiert une puissance thermique > ou = à 9 CV (diesel).

Engins pour retourner la terre : autres critères de choix

Le type de terre à retourner, la surface à retourner et le travail à effectuer guident le choix de la machine parmi :

  • Le motoculteur : il possède deux roues motrices qui assurent son déplacement. Il est motorisé par un moteur thermique à essence ou diesel. Le motoculteur est indispensable au labour sur tout type de sol mais peut également être utilisé pour le fraisage, le binage et d'autres travaux selon le type d'accessoires dont il est équipé. Pour les sols particulièrement lourds, on utilise de préférence un motoculteur diesel, plus puissant, équipé de roues en fer et de masses de roues afin d'assurer sa motricité sur sols gras. (Le motoculteur à fraises arrières ne peut pas tracter de charrue).
  • La motobineuse : elle repose sur les fraises qui servent à retourner la terre par fraisage ou binage. Légère ou puissante selon sa motorisation (électrique sur batterie, électrique sur secteur, thermique à essence) la motobineuse s'emploie sur tout type de sols légers à lourds en fonction de sa puissance et de la profondeur de travail des fraises.

Pour en savoir davantage :

Aussi dans la rubrique :

Types

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider