Sommaire

Passion ou achat raisonné, le motoculteur ancien est très recherché tant par des collectionneurs que par des professionnels de la motoculture. Vétéran de la motoculture du temps où l'on le nommait "tracteur à mains", le motoculteur ancien est toujours un moyen de mécaniser à moindre coût une petite exploitation agricole ou un maraîchage de complément.

Le point maintenant.

Motoculteur ancien : un engin indispensable

C'est à cause de l'essor mécanique et des progrès techniques notamment en termes de motorisation de la première guerre mondiale (1914/1918) que l'on a cherché à mécaniser l'agriculture qui utilisait jusque là la traction animale pour le labour. Il fallait planter de plus grandes surfaces pour produire davantage sur des terres souvent dévastées et/ou abandonnées alors que les hommes et les animaux manquaient.

Le motoculteur naît alors sous plusieurs appellations dont "motolabour", "mototracteur", "motocharrue" pour évoluer sans cesse jusqu'à nos jours mais sur un modèle quasiment inchangé : deux roues motrices, un moteur puissant en porte à faux sur l'essieu et des accessoires de labour : soc, brabant, charrue…

Suite aux politiques successives et leurs remembrements induits, les surfaces agricoles (en Occident) ont tellement été agrandies que le motoculteur à conducteur marchant a été peu à peu remplacé par le tracteur agricole à conducteur porté. À noter que dans l'est de l'Europe et en extrême Orient, le motoculteur est souvent plus répandu que le tracteur agricole en raison de son prix plus abordable et de sa maniabilité plus importante (rizières) pour une utilisation similaire.

Pourquoi acheter un motoculteur ancien ?

Les raisons sont nombreuses et toutes valables pour acheter un motoculteur ancien, parmi lesquelles on relève :

  • La fiabilité de machines éprouvées par des décennies d’utilisation n'a plus rien à prouver face à certaines machines modernes. 
  • La nostalgie de travailler la terre à l'ancienne et notamment en agriculture ancestrale (on dit biologique, maintenant) avec des machines traditionnelles.
  • Le prix d'une machine capable de travailler durement pour quelques dizaines ou centaines d'euros plutôt que que pour quelques milliers.
  • Le goût de la "belle mécanique" qui permet d'acquérir un engin historique, facile à restaurer et à faire revivre pour bien moins cher et moins compliqué qu'une automobile de collection.
  • Les clubs et les rassemblements d'amateurs qui partagent une passion qui, comme toutes les passions, n'a pas de prix.

Achat et entretien d'un motoculteur ancien

Les motoculteurs anciens se trouvent principalement en fouinant dans les brocantes, les vide-greniers et les granges de nos campagnes ainsi que sur la plupart des sites d'annonces. La première précaution à prendre est de visiter d'abord les forums des clubs et des amateurs pour en apprendre un peu sur les machines, leur conception, leur cote (très variable) et la possibilité de trouver des outils adaptables et des pièces détachées.

Attention au prix, une même machine dans le même état est estimée de 150 à 300 € pour la plupart des amateurs mais proposée 900 € sur une annonce !

De conception basique, le motoculteur ancien est beaucoup plus facile (et moins onéreux) à entretenir et à réparer qu'une machine à technique avancée. Faire ressouder une pièce cassée (rare) coûte moins cher que remplacer certaines courroies (pièce d'usure) d'un motoculteur récent…

Quelle marque de motoculteur ancien privilégier ?

Même si quelques-unes ont disparu, chaque marque de motoculteur a eu une diffusion plus ou moins large. Les marques et les modèles éphémères peuvent poser des problèmes en approvisionnement en pièces détachées et en connaissances techniques alors que les marques répandues permettent de trouver plus facilement des pièces et d'échanger des trucs et des conseils.

Pour en savoir davantage sur la motoculture et le motoculteur :

Ces pros peuvent vous aider